Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marmande - La Réole, 26 octobre

10h : vingt-deux personnes attendent Jean devant l’Hôtel de l’Europe. Jean les convie au petit déjeuner.

Daniel Benquet, candidat à la mairie de Marmande est présent. Il encourage et salue le courage de Jean qui explique sa démarche trans-partisane et sa ligne de conduite qui lui permet de " rencontrer des personnes de toutes positions sociales, politiques et religieuses".

"C’est un discours revivifiant » commente Daniel Benquet qui poursuit par une question : « J’ai l’impression que le pouvoir de l’argent bloque le pouvoir décisionnaire. Vous qui êtes proche des Hémicycles, dites-nous votre sentiment s’il vous plait. »

Jean explique l’arrivée d’argent en masse des Amériques. Il invoque Confucius : « L’argent est le meilleurs des outils mais le pire des maîtres ». Sur les députés : « Nous avons des obligations d’ordre morale, humaine, et nous sommes encadrés par des lois, mais nous allons dans la direction d’une ouverture du champ des possibles pour les personnes qui ont de l’argent. »

Jean conclut en précisant qu'il a été reçu la veille par M le Maire Gouzes, adversaire de M Benquet aux prochaines municipales, et qu’il apprécie d'avoir pu rencontrer ces deux hommes. Il se prête à quelques photos, et invite chacun, seul ou en équipe à remplir les cahiers de l’espoir. Beaucoup de personnes l’embrassent et lui souhaitent bon courage.

Sandrine, gérante de l’hôtel discute avec Jean lorsque tout le monde est parti. Elle dit qu’elle n’a pas l’habitude de parler de ses problèmes lorsque Jean lui demande comment marche son affaire. Elle lui confie qu’elle marche avec 30% de réservation seulement car une année après avoir acheté l’hôtel en 2007, un hôtel Etap s’est monté sur Marmande avec 60 chambres, et qu’il y a trop d’offres actuellement. Son affaire est donc en train de mourir.

Etape : Marmande – La Réole

Nous partons vers 15h avec Joan Taris et Gerald, bénévole de la radio Radio Galère. Christine nous interpelle devant la gare, elle reconnait Jean et lui souhaite bon courage.

Nous marchons le long de la D813. Beaucoup de personnes s’arrêtent, d’autres klaxonnent. Jean trouve la sortie de la ville moche, hideuse et déclare que de toute façon, "elles sont toutes pareilles maintenant avec leurs zones commerciales à n’en plus finir et leurs panneaux publicitaires criards."

A un moment, nous quittons la départementale pour une petite route qui, nous mène à la commune suivante.

Dans la commune de Sainte Bazeille, nous rencontrons Daniel et Pierrette : « Montebourg, c’est un guignol. C’est un gouvernement à la con que nous avons, qui taxe les entreprises de plus en plus et ça dégoute, on le voit bien, et ça n’emploie plus ! Je suis de gauche vous savez, mais libérale pour les entreprises », nous dit Pierrette.

Nous nous installons dans le bar de Sainte Bazeille, et prenons un café. Il va être 18h. Jean aurait souhaité voir son fils jouer sur Canal + Rugby, mais comme il dit, « c’est plus compliqué à trouver qu’une aiguille dans une botte de foin. »

Après ce café bienvenu, nous continuons la route. Joan Taris nous laisse continuer et repart sur Bordeaux. Vers 19h, il se met à pleuvoir en même temps que la nuit tombe. A partir de cet instant, plus personne ne s’arrêtera.

Jean réalisera tout de même une interview pour Radio entre deux mers au village de Lamothe Landerron.

Nous arrivons au village de La Réole, vers 21h30.

sur la route de Bordeaux où je serai mardi prochain

sur la route de Bordeaux où je serai mardi prochain

réunion publique improvisée à La Réole, à l'heure du petit déjeuner

réunion publique improvisée à La Réole, à l'heure du petit déjeuner

Tag(s) : #comptes rendus