Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saint Jory – Bessens, 19 octobre

Jean se prépare, deux personnes sont arrivées et attendent le départ. Bernard, présent la veille, revient marcher sur les chemins. Marie-Laure Chauvin, conseillère municipale à la mairie du Castanet, adjointe du maire que Jean a rencontré à la réunion de La Cantine, est venue discuter. Un échange s’engage sur la territorialité et sur les réformes en cours et à venir. « Au niveau de l’intercommunalité, je le vois bien, c’est une usine à gaz. Les réunions durent plus de 3h, chaque maire veut prendre la parole pour montrer aux autres qu’il existe, et cela tourne en rond. »

15h : le départ est lancé, en direction de Monbequi. Michel nous rejoint devant l’hôtel, retraité banquier, il a travaillé bénévolement pour le député maire Alex Raymond. A la sortie du bourg, une voiture s’arrête. Henriette et Jeanne, toutes deux retraités, se disent heureuses de rencontrer Jean. Il les remercie pour leur soutien, explique sa démarche, puis continue son chemin. Nous arrivons rapidement sur le canal, là où nous nous étions arrêtés la veille, à l’écluse de Saint Jory. Deux personnes nous y rejoignent. Roger, ancien horticulteur et son fils, Yves. Ils nous proposent de se revoir un peu plus loin. Ils s’étaient déjà rencontrés à La Cantine (réunion publique sur Toulouse) et Yves dit : « ce qui me dépite, c’est l’attitude de certains de vos collègues. Les journalistes ont rapporté le peu d’attrait qu’ils portent à votre démarche. Et même nous d’ailleurs, comme on dit, on ne les voit que pour les élections. »

Un peu plus loin, entre deux écluses, Jean croise Michel et Claudette. Retraités de l’armée. Jean leur demande quelle vision de l’avenir ils ont : « Je voudrais voir l’avenir avec optimisme, mais comme tous les français, nous sommes pessimistes. Aujourd’hui je souhaite le meilleur pour mes enfants et mes petits-enfants. Avant, nous avions la notion des choses. Nous étions une génération indépendante, de nos parents, de tout.

Jean : « Nous pouvions tout faire, tranquillement. J’ai connu 58 ans de paix. Or aujourd’hui que laissons nous à nos enfants ? de l’insécurité, à tous les niveaux. »

Claudette : « Mais ici, nous aimons la campagne et nous nous y baladons. Entendre les cloches, et voir lever les blés. Laissons la campagne paisible ! Nos enfants, ils y perdent leurs repères : l’école, le service militaire, l’état et les élus… Il faudrait que gauche et droite travaillent ensemble. »

Jean les remercie, leur explique sa démarche, puis les salue.

Un peu plus loin, Jean se change. Plusieurs personnes nous rejoignent : Françoise, qui était déjà là sur Toulouse, Patrice, Roger et Yves. La discussion s’anime, chaleureuse. Deux kilomètres plus loin, Jean déclare avoir oublié ses lunettes lorsqu’il s’est changé. Je m’absente et les rejoint une heure plus tard, près de l’écluse de Pompignan.

Sur place, Jean discute sur le bord du canal avec un journaliste, Serge Deligny (interview par Le petit Journal). Le temps de l’interview, Isabelle arrive et nous dépose Marthe et Marion.

Jean téléphone beaucoup, et nous continuons en direction de Bessens, le long du canal. Quelques kilomètres plus loin, juste avant la commune de Grisolle. Nous croisons un agriculteur, 59 ans, Hervé : « moi, j’ai tellement trimé que je préfère que mes fils ne reprennent pas l’exploitation. D’ailleurs ils sont partis en médecine et en ingénieur. Aujourd’hui, tout est dans les mains des financiers. Les exploitations sont devenues énormes. Or mieux vaut une ferme que deux. » Ils échangent encore un peu, puis Hervé, parlant de la ligne TGV en construction/prévision : « Le gravier dont ils vont avoir besoin, ils ne vont pas aller le chercher sur le Larzac. Ils vont le prendre dans la plaine, ici, et on va perdre les terres cultivables. Bon en tout cas, je suis content de vous avoir rencontré. J’ai suivi votre parcours, et je vous suivrai encore. » Jean le remercie, et s’éloigne avec nos accompagnateurs.

Nous nous arrêtons rapidement dans un café sur la commune de Grisolle, puis, vers 19h45, après avoir remerciés nos accompagnateurs, Jean, Marthe, Marion et moi-même reprenons le chemin jusqu’à la commune de Bessens que nous atteignons vers 21h30.

Nous reprenons la voiture pour nous rendre à Pompignan, commune déjà traversée, où nous sommes attendus pour manger et dormir chez Elisabeth et Arnaud Dubedout, les parents de Yohan, ancien assistant parlementaire stagiaire de Jean. Nous dinons tous ensemble. La soirée se finit tranquillement, familialement, et nous reprendrons demain le long du canal en direction de Castelsarrasin. Un grand merci à la famille Dubedout pour leur accueil.

Retrouvez les photos de cette étape dans l'album réalisé par Bernard Malherbe :

http://www.flickr.com/photos/ormeaux/sets/72157636760099514/

Tag(s) : #comptes rendus