Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tonneins – Marmande, 25 octobre

9h30 : L’adjoint au Maire, Dante, son directeur de cabinet, puis un journaliste du « Républicain », se joignent à nous au petit déjeuner.

Dante : « Ici, c’est un peu le jardin de la France. » Il expose aussi les difficultés de l’agriculture. « Le maire de Tonneins, il était novice et il a su faire marcher cette ville avec toutes les personnes qui voulaient s’investir. On a demandé qu’une seule chose : aimer et s’investir dans cette ville. Après deux mandats, on prend trop d’habitudes, alors il se retire. Il laisse la place aux autres. Il faut laisser du renouveau s’installer. Il pourra cependant continuer à s’investir dans la vie politique, au sens 'vie de la citée.' »

Jean réagit : « C’est un bon. Moi, je n’ai pas pu. Je suis maire d’un petit village, les anciens se sont retirés pour laisser la place aux jeunes, afin de mieux lutter contre les problèmes venus de la vallée. »

Dante : « Vous ne croyez pas que nous sommes à la fin d’un monde, d’une civilisation, d’un système ? »

Jean : « je crois que nous sommes à une étape difficile, qui peut mal finir si on s’y prend mal. Mais je crois davantage que nous sommes dans une période de mutation. »

Je n’ai pas pu prendre la suite de l’entretien, qui a encore durer environ 15min. Jean est ensuite monté dans sa chambre pour se reposer.

14H : Docteur Ferraty : généraliste sur Nérac

Ferraty : « Les problèmes qui nous entourent sont, dit -on, dûs à la crise actuelle. Or je pense davantage qu’ils sont liés à des problèmes plus profonds d’ordre philosophique et philanthropique. Dans le progrès, tel que l’homme l’a conçu, il n’y a pas l’amour, car cela ne bénéficie qu’à ceux qui survivent. Progrès qui sacrifie l’être humain. Pour comprendre le monde tel qu’il est, il faut regarder je pense nos asiles psychiatriques, nos abattoirs, et là nous comprenons dans quel monde nous vivons. »

Il continue : « L’univers, l’être humain, marchent comment ? avec l’Amour, selon la gratuité la plus totale. Entre l’Homme et intérêt, il faudrait toujours que ce soit l’homme qui gagne. Voici ma philosophie. Ca va devenir tellement invivable que tout le monde va vouloir l’utopie. On peut comparer la France à l’arche de Noé des temps modernes. »

Il fait partie du mouvement «Le renouveau des amis de l’homme », ancêtre des Témoins de Jévoha. Il parle de 'peuple élu qui doit rediriger le monde et donner l’exemple'.

Etape : Tonneins – Marmande : 20km le long de la RD 813

Départ : 15h. Nous serons exposés à toutes les voitures qui passent, et beaucoup de gens klaxonnent, une partie s’arrête et vient à notre rencontre.

Le départ est rude : à la sortie de Tonneins, nous sommes arrêtés tous les 100m. La première à venir nous saluer est Léa, journaliste pour Sud-Ouest qui veut prendre une photo et nous souhaiter bon courage. Jean la remercie chaleureusement. Devant une station-service, Jean rencontre Brahim, géomètre sur Agen pour Ineo. Il nous explique que cette entreprise n’a pas été retenue pour un gros contrat et que 30 salariés sur les 50 doivent accepter une mutation sur d’autres lieux de l’entreprise ou être licenciés. Il trouve cela inacceptable. Jean lui propose de s’exprimer sur les cahiers de l’espoir et lui explique sa démarche. Il nous salue et nous encourage.

Un vendeur de produit régionaux (huitres et vins présents sur l’étal sur le bord de la route) nous interpelle. « Aujourd’hui, vous savez, les chefs d’entreprises sont hors la loi tous les jours ! ».

Nous sortons finalement de Tonneins vers 15h45.

Je suis au téléphone pendant plusieurs kilomètres, mais Jean est arrêté par environ 5 à 6 personnes le long de la route.

Yannick, une femme, s’arrête et nous propose de nous emmener : Jean ironise et lui répond que malheureusement il fera toute la route à pieds. Nous nous saluons et Jean continue.

Jean Marie, journaliste au journal « Le Républicain », nous rejoint et prend quelques photos de Jean, qui lui explique sa démarche.

1km plus loin, il est 18h, un jeune homme nous attend, il sourit : c’est Marc, copain du fils de Jean, Thibault, ils ont joué ensemble à Agen en Rugby. Marc joue actuellement à Casteljaloux. Il salue Jean et échange quelques mots sur la réussite de Thibault. A ce moment, Flora, Sylvaine et Jacques, trois retraités nous rejoignent. « Cela fait 30 ans que cela n’avance plus. Comment je vois l’avenir du pays… il n’y a plus de boulot, trop de chômeurs. On distribue trop, et nous, les français, on a rien. » Jean donne son avis sur la crise actuelle, et le fait que l’on se détache du peuple : « on assiste à une financiarisation, au lieu de revenir vers l’humain. »

A l’entrée de Marmande, nous sommes rejoint par Joan Taris et Bruno Dubos pour l’entrée dans le centre-ville.

Apparition et rencontre publique à 20h, salle Damecour, Marmande :

Réunion à 19h de l’équipe PS de la commune de Marmande autour de M le Maire Gouzes. Il lance l’équipe de campagne pour sa commune.

Accueil par le Maire. Jean lui fait hommage, à son esprit libre et indépendant : « je crois que vous êtes quelqu'un qu’on ne fait pas changer d’avis facilement. »

Fin de l’échange public à 20h30.

Restaurant « Au Bureau » avec le Conseiller Général Yves D’Amecourt, Joan Taris et Bruno Dubos puis nous serons rejoint par M. le député Mathias Fekl. Discussion, échange, en compagnie de plusieurs personnes en bout de table venues manger avec nous.

Je discute avec Sandrine, gérante du restaurant. Elle m’explique avoir lancé cette affaire avec un prêt et être aujourd’hui 'dégoutée'. Elle voulait vendre et acheter quelques choses de plus gros sur Arcachon, avec plus d’employés. Mais elle me dit qu’elle paye 33% d’impôt sur les sociétés, alors que les grandes chaines et entreprises n'en payent que 15%. Elle me demande où est la justice. Puis elle me dit : « Merci, je vous dit tout ça, à vous, vous n’y pouvez rien, mais ça me fait du bien, pardon ». Je la salue, puis elle répète rapidement ce qu’elle m’a dit de manière plus posée à Jean qui passe alors. Il la salue, la rassure.

Nous nous rendons à quelques centaines de mètres, à l’Hôtel de l’Europe de Marmande.

Tag(s) : #comptes rendus