Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quimperlé :

Départ pour l’étape du jour à 14h30 de chez Erwan Balanant, délégué départemental du Modem, qui a logé Jean Lassalle pour la nuit. Merci à lui pour son accueil chaleureux et amical.

Quimperlé-Concarneau, 9 novembre

Jean Lassalle a rendez-vous au café des Halles pour un entretien avec une journaliste d’Ouest-France qui l’interroge notamment sur le sens de sa Marche, ses finalités et enfin sur la situation locale avec la « crise bretonne ». Les échanges se poursuivent jusqu’à 15h30, l’article est publié le lendemain matin, Jean en prendra connaissance au petit-déjeuner et s’en réjouira car la journaliste a saisi et retenu le fond de son engagement, en évoquant une « marche à la rencontre des « silencieux », pour redonner la parole aux citoyens, à tous les citoyens ceux qui ne s’expriment pas, ceux à qui l’on ne donne plus les moyens de s’exprimer.

Quimperlé-Concarneau, 9 novembre

Nous quittons le café vers 15h30, accompagnés par Erwan, Marcel, Claudine ainsi que Juliette, réalisatrice du projet de documentaire sur La Marche de Jean Lassalle (http://www.touscoprod.com/fr/project/produce?id=900).

Première rencontre de la journée avec des habitants de Quimperlé, devant le bar de l’hôtel de ville avec Pascal, le tenancier, et Marcel, agent immobilier à la retraite.

Quimperlé-Concarneau, 9 novembre

L’accueil est très chaleureux, les deux hommes interpellent Jean Lassalle « Vous n’avez pas mis votre bonnet rouge ! ». La discussion s’engage, Marcel évoque la situation très difficile de l’immobilier. Actuellement à la retraite c’est son fils qui a repris l’agence immobilière « Ca ne marche pas trop ! Bon là on est samedi il est vrai… Si l’immobilier marche pas c’est que l’économie ne marche pas ! On a moins de clients, pas d’acheteurs, et les vendeurs ! Ils attendent des jours meilleurs ». Jean Lassalle l’interroge sur le fait d’avoir transmis l’agence à son fils, Marcel répond « Vous savez c’est comme une ferme, je suis fils de paysan. On lâche pas sa ferme comme ça même si j’ai 10 ha on en garde 1 ha ».

Avenir ? Marcel est « plutôt confiant et optimiste, ça va bouger mais de quelle manIère ? … ». Il n’est « pas d’accord avec tout ce qui se passe avec les bonnets rouges. On ne peut pas faire comme ça mais parfois les paroles ne suffisent pas »

Europe/mondialisation ? « L’objectif à l’origine était l’équilibre des richesses ». « Je ne suis pas d’accord avec ce que l’Allemagne fait avec un personnel à coût réduit à l’intérieur de la communauté européenne, ce n’est pas normal ! Il n’y a pas d’harmonisation ou à leur façon à eux ». Marcel cite l’exemple de la filière du poulet en Bretagne « 60 % des poulets sont importés ici. On est pas capable de réduire les coûts ! Il y a un problème quelque part ! »

Marcel s’exprime également sur les politiques : « Je suis toujours intéressé par la politique mais il n’y a pas une bonne image des politiques. On aimerait de vrais engagements en ne tirant pas un profit personnel ».

Après cet échange, la marche reprend à destination de Concarneau. Nous arrivons dans la commune de Baye, une voiture s’arrête, Catherine et Yves ont reconnu Jean Lassalle et s’arrêtent quelque temps pour échanger avec lui.

Quimperlé-Concarneau, 9 novembre

Catherine et Yves, parents de trois enfants, sont tous deux fonctionnaires territoriaux à la mairie de Quimper. Ils sont venus s’installer dans cette région pour « la qualité de vie et parce que les gens y sont sympathiques ».

Avenir ? Yves est très inquiet, « c’est pas terrible, un peu comme tout le monde ». Catherine « Les quadras, on a d’énormes responsabilités et en même temps on ne se sent pas indépendants ! On en est encore à dépendre de nos parents. On est inquiet pour nos enfants ».

Catherine félicite Jean Lassalle « Cette démarche est vraiment très bien, surprenante mais en même temps elle a tellement de sens. On sent que c’est vrai, authentique ». « Bravo à vous et bon courage ! ».

Nous quittons Quimperlé, la nuit tombe et les conditions climatiques deviennent de plus en plus difficiles, il faut alors s’équiper …

Quimperlé-Concarneau, 9 novembre
Quimperlé-Concarneau, 9 novembre

Il faut alors affronter le vent et la pluie qui ne cesse de tomber, malgré tout la marche ne s’arrête jamais « 24h/24 » …

Quimperlé-Concarneau, 9 novembre

… avec un « arrêt de 15 mn MAXI » …

Quimperlé-Concarneau, 9 novembre
Tag(s) : #comptes rendus